top of page

CAMP DE BASE DE L'EVEREST ET LAC DE GOKYO | MA RANDONNÉE DANS L'HIMALAYA

...


J'ai peur.


J’ai peur du vol considéré comme étant le plus dangereux du monde qui me mènera au milieu de cette chaîne de montagnes. J’ai peur de tous ces kilomètres qui me séparent du camp de base. J’ai peur des élévations en altitude qui me couperont le souffle et qui m’alourdiront les jambes, de ces murs de montagnes imposants qui me rappelleront que je suis loin de tout confort, de devoir sortir du lit le matin pour m’habiller dans le froid glacial, de ces nuages qui couvrent le ciel à tout moment et changent la dynamique.


J’ai peur de ne pas me rendre jusqu’au bout. J’ai peur d’abandonner.


Sagarmatha, qui est le nom népalais du mont Everest, signifie «la déesse mère du ciel» en Sanskrit (langue indo-européenne que l'on connaît principalement de nos jours par le biais du yoga).


«La déesse mère du ciel».


C'est puissant.


La montagne est sacrée pour les bouddhistes et hindouistes; pour les Népalais. Les paysages de l'Himalaya portent les empreintes de la foi et c'est perceptible par les murs de pierres gravés de mantra un peu partout sur le parcours et par les drapeaux de couleurs attachés aux hauts des cols.


Et moi, seule avec mon copain, mon sac et mon mauvais sens de l'orientation, je pars m'aventurer dans ce fort symbole qu'est la nature sauvage.


Mon trek effectué dans l'Annapurna accompagné d'un guide m'a donné la petite tape dans le dos pour avoir la confiance de me lancer dans celui-ci, sans guide. Randonnée de plus ou moins deux semaines en direction du toit du monde.


...


J'ai tellement d'histoires à raconter en lien avec cette folle aventure, qu'un article n'est pas suffisant. J'ai décidé de séparer mon expérience jour par jour jusqu'au mont Everest avec anecdotes et ressentis, aux informations importantes à savoir avant de se lancer dans un trek comme celui-ci.


Retrouve donc dans cet article mon aventure en toute ouverture sur les enjeux et les beautés de cette épique randonnée, puis des résumés éclairs pour chaque journée.


À toi, qui prévois peut-être de te lancer dans cette épreuve, sache que dès le 1er avril 2023, il ne sera plus possible de s'aventurer dans les montagnes du Népal sans guide. Sers-toi de cet article comme ligne directrice afin de prendre les informations et de savoir qu'est-ce qui t'attend dans les montagnes de l'Himalaya.


Bonne préparation ou bon voyage à travers mon aventure.





...




EBC TREK JOUR 1 | DE KATMANDOU À LUKLA PAR LE VOL LE PLUS DANGEREUX DU MONDE + RANDONNÉE DE LUKLA À PHAKDING


3:51 am l’alarme sonne. La montagne nous appelle. J’avoue ne pas avoir très bien dormi. Le stress de l’avion, des yaks, des tiques, des avalanches, de toutes ces choses auxquelles j’ai passé trop de temps à m’informer ces derniers jours.


4:15 Un chauffeur nous attend au bas de l’hôtel. Étonnamment, il y a déjà beaucoup d’action dans les rues encore sombres. Il faut croire que Katmandou n’est jamais vraiment au repos. Au moins, il n’y a pas de circulation et ce n’est qu’en quelques minutes que nous rejoignons l’aéroport de Tribhuvan.


Nous sommes trop tôt pour l’aéroport qui n’ouvre ses portes qu’à partir de 5h. Le côté domestique est plutôt petit et que quelques comptoirs de différentes compagnies aériennes s’enchaînent. Celui de Sita air qui fait les allers-retours à Lukla, est caché près de la sécurité. Une sécurité rapide et sans prises de tête.


6:45 C’est un petit autobus qui vient nous chercher pour nous apporter jusqu'à l’avion. Si on peut appeler ça ainsi. Un tout petit truc blanc plutôt jaunit, avec 8 hublots de chaque côté. Les hélices se font tournées à la main par un monsieur en guise de tests j’ai l’impression et j’y observe une fissure sur l’aileron arrière. Tout pour nous rassurer!


Notre avion devait décoller à 6:05, mais il est habituel que les vols direction Lukla soient modifiés selon les vents et la température. J’ai bien vu que dans notre cas, c’est le pilote qui n’était pas à l’heure.



Article lié | Les informations à savoir sur les vols en direction de Lukla. Ici


Je n’ai jamais eu peur en avion, mais là, lors de mon entrée dans ce truc, j’ai eu les frissons. Deux rangers de 8 sièges sont séparés d’une minuscule allée et nos sacs de rando sont sur nos genoux. J’arrive à peine à comprendre l’unique hôtesse de l’air qui crie pour nous indiquer où sont les sorties à travers ce son vrombissant. Chaque départ et arrêt de l’appareil nous sommes brassés dans tous les sens comme si on était dans un autobus de ville. La cerise sur le sundae, le pilote, que l'on peut voir aux règnes de l'engin de notre siège, qui fait une prière avant le décollage! Je ne sais pas ce que ça te dit tout ça, mais moi j’avais le cœur qui palpitait de plus en plus.


Une fois le décollage rocambolesque passé, je me détends dans les airs. Les vues sont belles. Sur notre gauche, les sommets de l’Himalaya scintillent sous les lumières matinales. Logiquement en regardant la carte du vol Katmandou-Lukla, il est évident que la place de gauche à bord de la cabine est la meilleure. Mais quand tu n’y penses pas, comme moi dans ce cas, tu retrouves à vouloir embarquer sur le gars d’à côté de toi pour faire tes photos. Quand je revois la scène, tous ceux qui avait un guide étaient du bon côté, et ceux en solo, à droite. Un des avantages d’avoir un guide avec soi



Article lié | Quels sont les avantages d'avoir un guide avec toi dans les montages? Ici





7:50 Après 25 minutes de vol, l’atterrissage sur la piste la plus dangereuse du monde a bien été. Malgré les remues, nous nous posons assez facilement sur cette courte piste.


L’aéroport de Lukla est entouré d’un paysage magnifique perdu au milieu des montagnes. On peut déjà y apercevoir un sommet enneigé et l’excitation est à son comble pour nous présentement. Peut-être un mélange du fait qu’on soit encore vivant et de cette nature grandiose qui nous entoure.



Lukla airport


Lukla est un grand village qui possède beaucoup de guest house, restaurants, café et banque. L’endroit où tu peux trouver tout ce que tu aurais pu oublier pour ta randonnée.


La première étape de la rando est de payer la taxe locale puis de se faire contrôler au poste de police à la sortie de Lukla.



Article lié | Faut-il un permit pour randonner dans le parc national de Sagarmatha? Ici



Il n’y a pas beaucoup d’indications pour le chemin aujourd’hui, mais la route est très facile à suivre. On passe tout d’abord une forêt de rhododendron pas encore fleuri, puis traversons quelques villages et ponts suspendus. Nous descendons beaucoup plus que nous ne montons et la journée de marche est très courte. Nous rejoignons le village de Phakding vers 11:30.


Le village de Phakding est coloré et perché en montagne. La rivière bleue qui passe sous le village est magnifique et la meilleure vue est du pont suspendu.



Himalaya river

Jour : 1

Destination : De Katmandou à Phadking

Kilomètres à parcourir : 7,3 km

Heures de marche : Environ 2 heures

Dénivelé positif : 450 mètres

Dénivelé négatif : 650 mètres

Nom du lodge : Snowland (Phadking)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Une taxe de 2000 roupies est à payer à la sortie du village de Lukla.

Direction : Aucune chance de se perdre. Chemin facile à suivre.









EBC TREK JOUR 2 | RANDONNÉE DE PHAKDING À NAMCHE BAZAR - LES PREMIERS PAS DANS LE PARC NATIONAL DE SAGARMATHA


8:00 On prend le petit déjeuner, 8:15 on est parti.


Le début de la journée se fait très bien. Il fait soleil et on oublie vite le froid avec l’effort physique. C’est après peu de temps que nous rejoignons le parc national de Sagarmatha et payons notre droit d’accès. Avec le soleil éclatant du matin, les belles vues que nous pouvons observer sur le chemin se transforment en moments magiques. Le soleil envoie des jets de lumière au travers les montagnes et plus nous avançons, plus en plus de sommets impressionnants se dévoilent.



Himalaya river




Le chemin est très facile à suivre. Qu’une seule trace existe en passant des pierres, aux pistes de sable, aux marches, aux ponts suspendus et etc. Nous y voyons beaucoup plus d’indications que sur le chemin d’hier, tous nous indiquent Namche bazar, la destination finale d’aujourd’hui.

Environ à la moitié du trajet d’aujourd’hui, nous nous retrouvons pratiquement à la même hauteur que la rivière de Dhudh Kosi, toujours aussi belle et bleue, l'eau à côté de toi est le signe que ta journée va se corser. À partir d’ici, ce n’est que de l’élévation positive jusqu’au village final. Le chemin débute par des marches, suivies d’un pont suspendu, puis d'une pente sableuse aussi utilisée par de nombreux troupeaux de chevaux et de yaks.



pont suspendu Everest


12:15 Nous arrivons à Namche bazar en sueur. Ce grand village coloré faisant face à un énorme mur de montagne tellement impressionnant. C’est le plus gros village que tu trouveras sur ton chemin. Si tu as besoin de retirer de l’argent ou de faire des achats d’ajustement de dernière minute, c’est ta dernière chance.


Il nous aura fallu 4 heures pour effectuer cette route de 12 kilomètres. À ce moment, mon coup et mes trapèzes sont en grosses douleurs. Je me demande vraiment comment je vais faire pour porter mon sac pendant plusieurs jours... Mon copain surhumain a porté mon sac à dos, en plus du sien, quasiment durant toute la montée finale. Les humains normaux font cette journée entre 5 et 6 heures.


Jour : 2

Destination : De Phadking à Namche Bazar

Kilomètres à parcourir : 10,5 km

Heures de marche : Entre 4 et 6 heures

Dénivelé positif : 1400 mètres

Dénivelé négatif : 615 mètres

Nom du lodge : Mount Kailsah (Namche Bazar)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Entrée dans le parc national de Sagarmatha à 3000 roupies.

Direction : Aucune chance de se perdre. Chemin facile à suivre.





EBC TREK JOUR 3 | JOURNÉE D’ACCLIMATATION - RANDO POUR UNE PREMIÈRE VUE SUR LE MONT EVEREST


Aujourd’hui c’est acclimatation. Ça veut dire que nous passons une deuxième nuit à Namche Bazar. Le but de la journée est de monter haut en altitude pour ensuite redescendre dans un niveau connu. De cette manière, il semblerait que le corps serait plus apte à s’adapter à l’altitude de plus en plus positive des prochains jours.



Article lié | Comment éviter le mal aigu des montagnes? Ici





8:50 Nous quittons notre lodge sans notre sac sur le dos. Le feeling de faire une rando sans ce poids est quand même extrêmement agréable et j’ai l’impression de flotter sur les marches que nous montons jusqu’à l’Everest view hotel.


Le début de la rando est facile à trouver. Le chemin suit les marches qui montent jusqu’au haut du village de Namche bazar. Au croisement de deux chemins, il faut emprunter la direction du village de Kunhjung. Pendant environ 35 minutes, ce sont des marches de pierres à monter. Les vues sont déjà incroyables et les lumières de début de journée rendent la scène encore plus folle.


Au haut de ses marches, nous rencontrons un plateau d’herbe plutôt asséchée. Le paysage tout autour de nous est à laisser sans mots et je me dis que je pourrais retourner a Lukla maintenant et être entièrement satisfaite. Ici le chemin est plus flou. Nous nous sommes escarpés du chemin que nous avons pu retrouver plus loin grâce au GPS que nous avions démarré du wifi de notre lodge.



Article lié | Vaut-il la peine d'acheter du wifi dans le lodges? Ici



Everest base camp trek




10:15 Une fois le plateau traversé, on se retrouve à flanc de falaise et rapidement on rejoint le Everest view hotel une heure quinze après notre départ de Namche bazar.


Comme le dit le nom de l’hôtel, nous pouvons d’ici voir pour la première fois le toit du monde. L’Everest en tout petit derrière les montagnes en avant-plan. Nous profitons de la vue en sirotant un thé beaucoup trop cher (1100 roupies) comme si nous avions le budget des gens à côté de nous qui sont arrivés en hélicoptère.


Pour 10 minutes de marche de plus, nous sommes allés voir la vue sur le village de Khumjung en suivant le chemin l’indiquant.


12:15 Retour descendant évidemment beaucoup plus rapide que la montée. Lunch à notre lodge puis repos tout l’après-midi pour être prêt à reprendre la route demain matin.



Mont Everest

Le mont Everest est le "petit" exactement au centre de la photo.


Jour : 3 - Journée d'acclimatation

Destination : Everest view hotel et retour à Namche bazar

Kilomètres à parcourir : 4 km

Heures de marche : Entre 2:30 et 3:30

Dénivelé positif : 900 mètres

Dénivelé négatif : 900 mètres

Nom du lodge : Mount Kailsah (Namche Bazar)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Il est possible d'aller voire la vue panoramique de l'hotel sans ne rien acheter. (Prix très cher)

Direction : Tout au haut des marches du village de Namche, prendre la direction du village de Kunhjung. Une fois rendu au plateau, contourner par la droite.












EBC TREK JOUR 4 | RANDONNÉE DE NAMCHE BAZAR À PANGBOCHE


8:00 On est prêt à partir de Namche vers notre prochaine destination. Pour reprendre la route vers l’Everest il faut, comme hier, monter tout en haut du village par les marches jusqu’au chemin emprunté vers Kunhjung. D’ici, au lieu de suivre cette même direction, le chemin bien indiqué vers l’E.B.C continue tout droit.


On suit pendant une bonne heure un chemin plus ou moins plat parfait pour commencer la journée. Les vues sur les mêmes montagnes qu’aperçues hier sont dégagées et splendides. Je te laisse imaginer la suite face à mon excitation des lumières matinales!



drapeau à prières Everest


10:30 On traverse un pont suspendu tout près de la rivière. Attention, c’est ton signe que ça se complique. À partir d’ici jusqu’à Tengboche c’est une pente à pique sableuse qu’il faut monter. Ce bout du trajet est certainement le plus compliqué de la journée. Au loin, fidèles au temps des derniers jours, nous observons tranquillement les nuages prendre le dessus sur la vue.


12:00 Nous arrivons à Tengboche là où, affamés, nous lunchons. Sur notre itinéraire de base, comme sur celui de plusieurs randonneurs, Tengboche est la destination finale de la journée. Comme il était que 12:40 après avoir fini de manger et qu’on c’était fait conseiller un lodge bien à Panboche (plus loin sur la route de demain) nous décidons de reprendre le chemin.

À partir de ce moment, les nuages se sont imposés. Nous n’y voyons plus les montagnes ni rien a plus de 5 mètres devant nous. Ajouté à ça le fait que nous ne croisons personne, c’est une fin de randonnée mystérieuse que nous vivons aujourd’hui.





2:15 Arrivés à Pangboche après avoir passé un chemin descendant puis montant plus facile que le précédent, le village est désert et qu’un seul établissement assez piteux est ouvert. Nous n’avons pas le choix, donc nous passerons la nuit ici, seuls, sans aucun autre guest.


Une soirée et une matinée pénible à geler dans ce lodge sombre et pas invitant. C’est dans ces moments comme ça que tu te dis; mais qu’est-ce que je fou ici. Je ne conseille malheureusement pas le Gomba lodge.


Scoop; ce n’est que le lendemain matin qu’on a réalisé qu’on était au upper Pangboche alors que toute l’animation et les choix de lodges étaient au lower. Donc, quelques mètres après avoir passé la porte de la photo ci-dessous, il faut emprunter le chemin de droite, celui qui descend et non celui qui monte.



Everest base camp trek

Jour : 4

Destination : De Namche Bazar à Pangboche

Kilomètres à parcourir : 13,5 km

Heures de marche : Entre 5:30 et 7:00

Dénivelé positif : 1360 mètres

Dénivelé négatif : 840 mètres

Nom du lodge : Gomba lodge, je ne conseille pas! (Pangboche)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Pour effectuer une moins longue journée de marche, arrête-toi dormir à Tengboche.

Direction : Après avoir passer une porte colorée, prendre la direction de droit vers le lower Pangboche.











EBC TREK JOUR 5 | RANDONNÉE DE PANGBOCHE À DINGBOCHE


8:30 Donc oui, en descendant du village, on réalise qu’il y a le lower village. Plusieurs lodges ouverts s’enchaînent et on y croise des randonneurs, enfin.


montain view


La randonnée aujourd’hui est assez courte, comme on a avancé plus que prévu hier, et assez simple si on compare aux derniers jours. Montée, descente, plat, montée. Avant de voir au loin le village de Dingboche au bas de ces imposants sommets à plus de 8000, on marche sur un plateau incroyablement pittoresque suivi de la rivière.


10:30 On s’installe au Yak lodge qui nous fait plaisir. La salle à dîner est plutôt chaude et invitante puis notre chambre est bien. Après avoir lunché, on s’est fait une petite randonnée en direction du village de Chhukhung puis on a monté en altitude vers la route de demain. Les vues sont magnifiques. Le village est carrément entouré d’immenses sommets et observer les nuages défilés devant eux était incroyable.



Everest base camp trek


Normalement, une journée d’acclimatation est prévue ici demain. Nous devons monter le Nagartsang peak, mais comme nous sommes arrivés très tôt au village ce matin nous considérons reprendre la route dès demain. Nous allons voir comment notre corps se comporte jusque là, puis réagirons en conséquence.


Jour : 5

Destination : De Pangboche à Dingboche

Kilomètres à parcourir : 7 km

Heures de marche : Entre 2 et 3 heures

Dénivelé positif : 500 mètres

Dénivelé négatif : 110 mètres

Nom du lodge : Yak lodge (Dingboche)

Prix d'une chambre : 200 roupies

À savoir : Des yaks sauvages peuvent être observés aujourd'hui.

Direction : Regarde au loin devant toi lors du passage de la vaste plaine finale. Une direction sera annoncée.











EBC TREK JOUR 6 | RANDONNÉE DE DINGBUCHE À LOBUCHE EN PASSANT LA BARRE DES 5000 MÈTRES D’ALTITUDE


J’ai été 4 fois aux toilettes cette nuit. Sortir du lit dans le noir dans le froid glacial ce n'est vraiment pas agréable. Deux possibilités, les nombreux litres d’eau que je me force à boire pour aider à passer l’altitude ou le diamox que nous avons pris pour la première fois hier soir pour cette même raison.


8:00 Nous partons du lodge. Il fait très très froid. Heureusement, dès nos premiers pas, on monte une pente à pique qui m’aide à me réchauffer. Le début du chemin est exactement le même que la petite rando d’hier après-midi. Le chemin se trouve derrière le village de Dingbuche, on peut apercevoir la trace de sable montant dans la montage. Une fois au stupa au haut de ce premier défi, on continue le chemin en direction de la vaste vallée. Ici la randonnée sur le faux plat est plutôt facile. Il faut un bon une heure et demie pour la traverser avec des vues de dingues qui nous suivent tout au long. Vraiment à ce moment, je me dis; mais quelle chance que j’ai de me retrouver en plein milieu de l’Himalaya dans ce décore spectaculaire.





Au bout de cette vallée, nous traversons difficilement une rivière d’eau à moitié gelée, puis remontons la pente pour rejoindre le village de Thukla. C’est le dernier village rencontré avant d’atteindre la destination finale du jour, donc si tu veux manger, c’est ici.


Comme il était que 10:30 nous avons fait qu’une petite pause collation puis repris le chemin vers la partie la plus complexe de la journée. Un pass (sommet de montagne) se trouve devant nous, nous le voyons et devons le traverser. Pour se rendre jusqu’au sommet, il nous a fallu un bon une heure. Une heure à marcher comme des tortues. Ici, le reste de ton séjour peut chambouler. C’est pendant cette montée que nous traversons la barre des 5000 mètres d’altitude. Pour prévenir les mauvaises surprises, c’est très lentement que nous mettons un pied devant l’autre. Le souffle n’est pas facile, des maux de cœur pour moi et de petits étourdissements pour Romain.


Au sommet de ce pass se trouve un mémorial pour tous les gens qui sont morts dans les montagnes aux alentours.



Everest base camp trek


Il faut une autre heure et demie avant de rejoindre Lobuche. Portes attention sur la route se trouve une indication du chemin vers Cho la pass, que tu prendras plus tard dans le séjour. Même si nous sommes un peu au bout de notre vie et que nous avons mal aux dos de nos sacs, les vues nous rendent tellement reconnaissants.


12:20 Nous arrivons au Oxygen altitude lodge (que je recommande). Après une soupe à l’ail (beurk mais c’est bon pour l’oxygène) et une petite sieste, nous partons pour une petite rando d’acclimatation. Juste devant le village ce trouve une colline où nous pouvons rejoindre le sommet en quelques minutes. Les vues sont incroyables; on y voit quelques petits bassins d’eaux bleues, d’autres sont gelés, le glacier de Khumbu perché entre les montagnes et au loin vers la gauche le sommet de Kala Pattar.



Khumbu glacier Everest


Je reviens au lodge réchauffé de cette marche et le moral remonté. Au réveil de ma sieste, j’avais tellement froid que mon cerveau paniquait un peu. J’ai même eu quelques pensées d’abandon du Gokyo lake.



Article lié | Comment surmonté le froid glacial? Ici



Avec tout ça, la journée passe vite et il est déjà l’heure de souper, de se réchauffer autour du feu et d’aller se coucher.


Jour : 6

Destination : De Dingboche à Lobuche

Kilomètres à parcourir : 8 km

Heures de marche : Entre 4 et

Dénivelé positif : 610 mètres

Dénivelé négatif : 25 mètres

Nom du lodge : Oxygen altitude lodge, je ne conseil pas (Lobuche)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Thukla pass à monter en milieu de journée avec tranquillité. C'est ici que tu dépasseras les 5000m d'altitude pour la première fois.

Direction : Départ de la randonnée par la colline à l'arrière du village.





EBC TREK JOUR 7 | RANDONNÉE DE LOBUCHE À GOREK SHEP - LA JOURNÉE OU ON ATTEINT LE CAMP DE BASE ET LE SOMMET DE KALA PATTAR


6:45 Nous sortons du lodge pour une grosse journée de rando. Le soleil n’est pas encore aah rendez-vous et on gèle comme ça n’a pas de bon sens sur cette piste plate. La dernière heure avant d’arriver au lodge Everst inn à Gorak Shep est un peu plus dure sur le souffle. Le paysage change drastiquement. Plus aucune herbe, que du sable et de la roche.


9:15 Nous terminons la montée et arrivons au lodge. Il est tôt, mais nous prenons une bonne soupe chaude avant de repartir en rando vers… Le camp de base! Finalement, c’est aujourd’hui, au jour 7, que si tout se passe bien, nous arriverons au pourquoi de cette venue jusqu’ici.


10:30 C’est parti pour une marche de 3 kilomètres jusqu’au camp de base qui prend environ une heure et demie.


C’est fou comment quand tu entends souvent parler d’un endroit, comme le camp de base dans ce cas-ci, tu te fais une image mentale avant même d'y mettre les pieds. Au moment de cette marche, c’est un monde complètement différent que je rencontre, mais tellement pas moins impressionnant. J’avais souvent entendu dire; l’E.B.C c’est juste une grosse roche. Oui elle est là, mais c’est tellement plus que ça. Déjà à l’arrivée tu peux y voir l’énorme glacier Khumbu s’imposer au travers du site du camp de base. Les montagnes enneigées tout autour sont incroyables et la vallée est à perte de vue. En saison touristique, des tentes colorées à l’infinie sont posées avec des grimpeurs prêts à réaliser leurs rêves. C’est définitivement une ambiance différente aujourd’hui en cette saison hivernale, et je ne déteste pas du tout le fait d’avoir cet endroit si emblématique quasiment que pour moi.



Everest base camp




Khumbu glacier Everest


14:00 Nous revenons au lodge prendre un thé chaud et faire un petit power nap avant de repartir en trek, parce que non, la journée n’est pas finie. Une heure de pause et c’est reparti pour le sommet de Kala Pattar. Une montée de 1.2 kilomètre, vraiment pas facile, très à pic tout au long. En une heure trente de marche, nous rejoignons le sommet très venteux. D’ici, nous avons enfin une vue sur l’Everest, si claire et proche pour la première fois. Il y a cet imposant sommet de roche, mais aussi des tonnes d'autres tout autour de cette vue panoramique. Le spectacle est magique, mais comme il fait très froid, nous redescendons vers le village à toute allure. Les lumières de fin de journée sont superbes et nous apprécions les vues sur la vedette jusqu’au dernier moment.





17:00 Retour au lodge. Claqués. En plus, j’ai quelques symptômes d’attitude, soudainement au moment de me poser autour du feu. J’attends impatiemment l’heure d’aller me coucher, parce que là ce n’est pas facile.


Jour : 7

Destination : De Lobuche à Gorak Shep, de Gorak Shep au camp de base à Gorak Shep, de Gorak Shep au sommet de Kala Pattar à Gorak Shep.

Kilomètres à parcourir : 13 km

Heures de marche : Entre 5:30 et 7:00

Dénivelé positif : 900 mètres

Dénivelé négatif : 675 mètres

Nom du lodge : Everest inn (Gorak Shep)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Une fois à Gorak Shep, on laisse notre sac au lodge pour deux randonnées plus légères

Direction : Possibilité de se perdre lors du chemin retour E.B.C à Gorak Shep. Bien suivre le chemin (haut) qui longe la paroi de la montagne (ne pas descendre vers la vallée).



















EBC TREK JOUR 8 | RANDONNÉE DE GORAK SHEP À DZONGLHA


7:45 On part de notre lodge direction Dzonglha en repassant par la même route que l’on a faite pour arriver jusqu’à Lobuche la veille. Les 45 premières minutes de la journée sont assez intenses avec de la montée rocailleuse. On s’est même perdu dans un chemin de roches tombantes sous nos pas pendant quelques minutes stressantes. Heureusement pour nous, un guide nous a vus dans la mauvaise direction et nous a fait de gros signes au loin vers la bonne voie. Sans guide, il ne faut pas oublier de regarder au loin pour trouver la route.


À partir du 1er avril 2023, le guide est obligatoire pour toutes randonnées au Népal.


9:30 Une fois cette étape traversée, la route est plate jusqu’à rejoindre Lobuche. On s’est arrêté au lodge Oxygen pour prendre un thé et en profiter pour remplir nos bouteilles d’eau.


10:00 C’est reparti sur la même route jusqu’à se qu’on croise le petit panneau qu’on avait vu à l’arrivée direction Cho la pass. On traverse une étendue d'eau gelée avant de commencer un long chemin qui nous mène jusqu’au village de Dzonglha. Pas si simplement que ça, la route d’environ deux heures longe une falaise à pic assez épeurante quand tu regardes en bas. Lorsque tu projettes ton regard au loin, tu peux voir le tout petit chemin de sable s’enfoncer loin dans la montagne. Le chemin est magnifique avec des montagnes qui s’imposent de plus en plus passé les tournants.





12:30 Nous arrivons à Dzonglha. Finalement, on voyait le village depuis si longtemps, mais on y arrivait jamais. Fidèle à tous villages, une pente est à montée avant l’arrivée à Dzonglha.



Everest trek


Un seul lodge est ouvert. Nous rentrons donc au Green view lodge et réalisons que nous sommes seuls (ah non pas encore) et que le gars en charge est soual. Sur le moment même on ne trouve pas ça drôle. On est affamés, je n’ai pas mangé hier soit comme j’étais malade, et il nous aura fallu deux heures avant de recevoir notre repas. Au fil de ces heures, d’autres trekkeurs sont arrivés et on a pu en rire et sympathiser.


Jour : 8

Destination : De Gorak Shep à Dzonglha

Kilomètres à parcourir : 11 km

Heures de marche : Entre 4h30 et 5:30

Dénivelé positif : 230 mètres

Dénivelé négatif : 570 mètres

Nom du lodge : Green village, je ne conseille pas (Dzonglha)

Prix d'une chambre : gratuite

À savoir : Journée de marche plutôt plate aujourd'hui.

Direction : Au retour de Lobuche, portes attention aux signaux indiquant le chemin vers Cho la pass (le panneau observé le jour 6).


















EBC TREK JOUR 9 | RANDONNÉE DE DZONGLA À GOKYO EN PASSANT PAR CHO LA PASS ET NGOZUMPA GLACIER


T’es prêt? Parce qu’aujourd’hui n’est pas facile.


6:30 On quitte notre super monsieur encore au top ce matin avec un petit lunch parce que le seul village que nous passerons aujourd’hui est entièrement fermé en cette saison morte. Aujourd’hui nous ne sommes pas seuls, deux Canadiens se joignent à nous pour qu’ensemble on arrive à se repérer sur ces routes moins communes et dangereuses.



Article lié | À quelle période faire le trek jusqu'au base camp de l'Everest? Ici



C’est donc très tôt que nous quittons le lodge parce qu’une longue journée nous attend. Est-ce que j’ai besoin de te parler du froid glacial de ce matin et de mes pieds qui on prit des heures a se réchauffer? Je vais m’en tenir à ça. À notre sortie, le soleil rayonnait tout juste sur les plus hauts sommets.



Everest base camp trek


Une fois le chemin retrouvé après avoir commencé la marche dans la mauvaise direction (derrière le village, s’enfoncer dans la vallée vers la gauche), nous retrouvons la vallée montante qui nous mène jusqu’au début du col de Cho la pass.


20 poteaux métalliques indiquant le chemin et une montée bien raide plus tard, nous apercevons ce fameux glacier que nous allons devoir traverser. Cette énorme chose blanche qui se trouve devant nous est impressionnante. On enfile chacun un crampon qu’un français qu’on a rencontré nous a prêté hier soir, puis se dirigeons vers la droite du glacier la où nous allons commencer la montée.

Dès le premier pas, je glisse. Je comprends rapidement qu’il faut bien enfoncer son pied dans les trous qui se sont créés entre les glaciers pointus. Les endroits plats sont traîtres.


Mon dos est en grosse douleur à cause de mon sac à ce moment, mais je ne cesse de sourire. Les vues sur les montagnes qui nous entourent sont spectaculaires puis cette glace sur laquelle nous marchons brille sous le soleil matinal. Je n’y crois pas que je vis ça.


Pour traverser le glacier, il faut donc commencer vers la droite puis rejoindre les poteaux métalliques qui s’enchaînent au centre du glacier jusqu’à tout en haut de la montagne de pierre, à l’arrivée des drapeaux.





CHO LA PASS


Ici nous sommes si fiers de nous être rendus, on se félicite tous et prenons une collation devant cette vue pittoresque, du côté du glacier comme de l'autre.


La descente n’est pas simple non plus. Très à pic et rocailleuse, les pierres tombent sous nos pas. Je m’aide beaucoup du fil de fer qui suit le chemin jusqu’en bas. Montée, descente, montée, descente sur une vaste plaine jusqu’à se qu’on rejoigne un cours d’eau qu’il faut suivre jusqu’au village de Thangnak.


12:30 Les heures passent. Nous faisons une autre pause lunch avant de reprendre la route pensant que le pire était derrière nous...


À la fin du village, il faut tourner à droite et longer le cours d’eau jusqu’à y voir un drapeau au sommet d’une colline sur la gauche. C’est d’ici qu’on entre dans le glacier, pas un peu plus loin, comme nous, par une pente tellement à pic que la descente se fait sur les fesses. Une entée en matière dangereuse et stressante.


Le paysage est particulier. Un énorme glacier recouvert de gros rochers ou de petites rocailles grises glissantes sous nos pieds. Nous avons une vue panoramique sur une grande partie du glacier de Ngozumpa et c’est vachement impressionnant de voir vers quoi tu t’en vas. Avec le ciel nuageux de ce début d’après-midi, c’est une atmosphère très mystérieuse qui prend le dessus.

Traverser le glacier n’est pas facile. Il faut suivre les points et les flèches bleues qui sont sur les rochers. Le chemin monte et descend pendant presque une heure trente avant d’en sortir par une grande montée à pic et dangereuse.




Ngozumpa glacier


2:30 On s’écroule au sol à la sortie du glacier. Il ne nous reste qu’à rejoindre Gokyo pour terminer la journée. Après quelques minutes de montée, nous arrivons à un point de vue sur le lac d’une couleur turquoise magnifique, puis sur le village.

15:00 Enfin, nous arrivons au lodge Himalayan eco resort qui est si propre et invitant.


Mission durement accomplie, mais avec succès dans un temps rapide.




Jour : 9

Destination : De Dzonglha à Gokyo

Kilomètres à parcourir : 12 km

Heures de marche : Entre 8 et 10

Dénivelé positif : 760 mètres

Dénivelé négatif : 820 mètres

Nom du lodge : Himalayan eco resort

Prix d'une chambre : 1000 roupies

À savoir : Probablement la journée la plus difficile physiquement.

Direction : Pour la traversé de Cho la pass, rester au centre du glacier jusqu'à rejoindre la montagne de roche juste en face. De l'autre côté, suivre la petite route qui rejoint la rivière jusqu'au village de Thangnak. Sortir du village par la droite, et rentrer dans le glacier de Ngozumpa par le drapeau au sommet d'une colline sur la gauche. Suivre les marques bleues à l'intérieur du glacier.

















JOUR 10 | SUNRISE À GOKYORI ET EN ROUTE VERS DOLE


6:00 On sort du lodge. Cette imposante montagne qui se trouve devant nous, on s’en va la monter. Le ciel est dégagé et tout est blanc. Il a neigé pendant la nuit nous offrant un paysage différent et bien apprécié.


Il fait froid à un point que dxxxxxxxvchdgejdbehdb. Je n’en dirai pas à plus part le fait que je croyais que j’allais perde mes orteils.


Article lié | Comment survivre au froid des montagnes? Ici


La montée est à pic du bas jusqu’au sommet. Un peu glissante avec cette fine couche de neige qui recouvre la piste. C’est durant notre montée que les premiers rayons illuminent les plus hauts sommets d’orangé. On prend le temps de reprendre notre souffle à plusieurs reprises et d’apprécier la vue grandiose qui s’offre en spectacle que pour nous; Romain, Megan, Jeff et moi.

7:45 On rejoint finalement le sommet. On peut voir l’Everest à 8849m, le Lhotse à 8516m, le Cho oyu à 8188m et de nombreux autres sommets tout autour de nous. Avec le soleil qui brille de plus en plus, le lac prend une teinte de bleue magnifique et scintille sous le soleil.



Gokyo ri viewpoint




Lors de notre descente, on peut entendre la glace fondre. Un bruit très particulier du genre vaisseau spatial se fait attendre.


9:00 La dure montée matinale en valait franchement la peine. Revenus au lodge, un bon déjeuner chaud est ce qu'il me faut pour entreprendre la journée de marche vers Dole.


10:30 C’est parti pour un début de randonnée plutôt facile. On suit le cours d’eau qui se transforme parfois en lac sur une surface plate pendant un bon moment. Une fois rendus de l'autre côté de la montagne par un petit pont, on descend rapidement des marches. Le chemin jusqu’au village longe les parois de la montagne. Il est sablonneux, ni facile, ni difficile. On monte et on redescend à plusieurs reprises en croisant plusieurs villages tous fermés en cette saison morte.


14:00 La journée de marche est terminée. Nous nous logeons au Cozy inn qui, vu de l’extérieur, me semble bien isolé.


Jour : 10

Destination : De Gokyo à Dole

Kilomètres à parcourir : 8 km

Heures de marche : Entre 4 et

Dénivelé positif : 610 mètres

Dénivelé négatif : 25 mètres

Nom du lodge : Cozy inn (Dole)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : En saison morte, aucun lodge n'est ouvert entre ces deux destinations.

Direction : Peu d'indications, mais chemin facile à suivre sans chance de se perdre.










JOUR 11 | RANDONNÉE DE DOLE À NAMCHE BAZAR - ON REVIENT EN TERRE CONNU


7:00 En voyant la fenêtre gelée encore ce matin a mon réveil, je me console en me disant qu’il n’e reste que deux nuits dans le froid. Maintenant que les 4 objectifs que je m’étais fixés sont atteints, j’ai fièrement envie de retourner dans du chaud douillet. Le ciel est dégagé et le soleil montre tranquillement le bout de son nez pendant que nous prenons le petit déjeuner.

8:00 Après avoir dit au revoir aux Canadiens avec qui on partage l’aventure depuis deux jours, on prend la route rapidement pour nous réchauffer, même un peu trop rapido. Nous avons parcouru la journée de randonnée d’aujourd’hui en course contre la monte. De Dole à Namche on nous disait de prévoir 6 heures. Pour te donner une idée de la race contre nous-mêmes, nous l’avons fait en 3 heures 20 minutes.

Le début est facile et dans le même principe que la fin de la journée d’hier. On suit la paroi d’une montagne sur un chemin de faux plat. C’est après le village de Mong que la partie plus demandante arrive, une montée (qui se doit) de prendre environ 1:30. Au sommet se trouve un petit village avec une belle vue, mais nous entreprenons directement la descente en direction de Namche.



Everest base camp trek


Rapidement, on y retrouve des repères. Comme certains sommets que nous voyions très bien du Everest view hotel au jour 3, et la route plutôt plate contournant la montagne. Nous ne sommes pas dans le tort, nous rencontrons le panneau que nous avons croisé il y a 8 jours nous indiquant la direction du camp de base ou de Gokyo. À partir d’ici, c’est du terrain connu et nous savons que d’ici maximum une heure, nous apercevrons Namche Bazar.


Nous rencontrons de plus en plus de gens qui sont au tout début de leurs treks en direction de l’E.B.C. J’éprouve carrément une satisfaction d’être dans le chemin contraire, le chemin du retour. Je me sens fière, c’est (presque) mission accomplie.


12:30 Nous arrivons à Mont Kailash, le même lodge où nous avions logé la première fois à Namche. On commande chacun notre pizza et notre apple pie qui nous fait rêver depuis le début de l’aventure. Pendant la cuisson, l’host nous aide à arranger notre billet d’avion de retour. S’il y arrive, nous dormirons ici ce soir, sinon, nous avancerons un peu sur le trajet pour nous permettre d’arriver pas trop tard demain, à Lukla, pour régler notre vol du surlendemain.


Conclusion, nous passons l’après-midi à nous reposer à Namche Bazar et prendrons la route demain matin vers l'hôtel Norling, où l'host nous attend pour finaliser le changement de date de vol.



Article lié | Comment prévoir la durée ton trek pour organiser tes billets d'avion? Ici


Jour : 11

Destination : De Dole à Namche bazar

Kilomètres à parcourir : 12 km

Heures de marche : Entre 3:30 et 5:00

Dénivelé positif : 940 mètres

Dénivelé négatif : 1440 mètres

Nom du lodge : Mount Kailash (Namche)

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Descente toute la journée, sauf 1h30 de montée après le village de Mong.

Direction : Peu de temps après avoir passé Sanasa, il faut prendre le chemin de gauche (et non continuer tout droit par les marches montantes). Il n'y a aucune indication.



















JOUR 12 | RANDONNÉE DE NAMCHE BAZAR À LUKLA


8:00 Nous quittons notre lodge bien aimé après avoir déjeuné un bon pain tibétain. Le village, tout comme le paysage, est recouvert d’un léger drap blanc magnifique. Il ne fait pas chaud, mais on s’est que c’est bientôt la fin.


Je suis un peu nostalgique. Je sais que ce sont les dernières heures de marches dans l’Himalaya et, quoique j’ai hâte de retrouver une température plus chaude et de prendre une douche à Katmandou, j’ai plus qu’adoré mon temps dans les montagnes.



Namche bazar



Aujourd’hui c’est terrain connu. Nous empruntons le même chemin qu’au jour 1 et 2, mais en sens inverse. Une fois sortie du village de Namche, on reprend la pente à pic, descendante cette fois, et on repasse par les nombreux ponts suspendus tout en suivant la rivière d’eau bleue.


Une fois à Phadking, nous savons qu’il ne nous reste moins que la moitié. Le temps s’ennuage et passe de moins en moins vite. Notre mental sait que c’est la fin, les pentes brutes que nous devons monter jusqu’à Lukla nous rendent la tâche plus difficile. Mais nous y arrivons. En moins de 5 heures en plus, encore une fois un temps rapide pour faire 18 kilomètres.


Jour : 12

Destination : De Namche bazar à Lukla

Kilomètres à parcourir : 18 km

Heures de marche : Entre 5:00 et 7:00

Dénivelé positif : 1280 mètres

Dénivelé négatif : 1840 mètres

Nom du lodge : Hôtel Norling

Prix d'une chambre : 500 roupies

À savoir : Beaucoup plus de montée aujourd'hui qu'on pourrait le croire!

Direction : Chemin connu, facile à suivre.










JOUR 13 | DE RETOUR À KATMANDOU PAR LE VOL LE PLUS ÉPEURANT DE MA VIE


5:00 L'alarme sonne. Nous devons nous rendre à l'aéroport de Lukla pour confirmer notre vol avec Sita air avant s'envoler vers sept heures. Nous suivons l'hôte, qui s'occupe de tout pour nous, sans vraiment comprendre qu'est-ce qu'il se passe.


Au dernier moment, on nous change de compagnie aérienne, nous volerons avec Tara air.


L'avion est un peu plus gros que celle pris à l'allée et me semble (au premier coup d'œill) en meilleur état. L'intérieur possède trois rangées (deux d'un côté, une de l'autre) et nous ne voyons pas les pilotes au contraire des avions de Sita air. Un fait que j'aime, me disant que s'il a un problème, au moins tu ne vois pas les pilotes capoter!


Après à peine quelques mètres d'élan sur la piste, on s'envole. Je ne suis (merde encore) pas assise du bon côté de l'avion comme j'ai été changé de compagnie au dernier moment, mon plan d'attaque n'a pas fonctionné. Tout le monde prend des photos, et gémit les belles vues.


Deux minutes à monter dans les airs passent ET LÀ, les secousses commencent. Non, pas des turbulences...


Silence.


Plus un bruit, plus un cri de joie. Tout le monde agrippe le siège d'en avant avec ces deux mains. Un malaise énorme dans l'avion. L'unique hôtesse de l'air vomi à l'arrière. Tu peux y croire? Celle qui est supposée nous rassurer perd ses moyens.


Parce que là je dois donner des explications...


Ce ne sont pas de petites turbulences qui font comme si une bulle d'air passait sous l'avion, ce sont des coups qui propulsent l'avion sur les côtés, de droite à gauche. J'ai le cœur qui arrête à chaque fois, et à chaque attaque je pense, honnêtement, que c'est la fin. Mon cerveau pense trop vite et je vois déjà l'évènement; morts alors qu'ils ont été changés d'avion au dernier moment.


Je l'ai dit au début de l'article, je n'ai pas peur en avion, zéro.


Ce manège n'a pas duré plus que 2 minutes, mais j'étais à un poil d'exploser. De me mettre à crier et à pleurer. Je sentais l'émotion monter et je te jure que je ne tenais pas 10 secondes de plus.


Soudain plus rien. Chacun reprend son souffle et après quelques minutes, le click des caméras recommence.


Le vol de 45 minutes le plus long de ma vie. J'avais juste hâte d'atterrir à Katmandou et de sortir de ce truc.


Il nous a pris des heures à se remettre (et à commencer à rire) de l'évènement.


Quand tu penses profondément que c'est la fin...











...



Tu veux savoir ce qui est vraiment dangereux à mon avis? La peur.


La peur qui t’empêchera de vivre des moments incroyables et de voir des choses que peut de gens on la chance de connaître.


Si je m’étais écouté, le froid est la principale raison du pourquoi j’aurais pu ne pas m’y lancer. Et il n'a pas été doux avec moi et ces -20 degrés Celsius ressentis le matin alors que je devais sortir du lit pour m'habiller! Mais j’ai foncé et je reviens avec tellement d’histoires à raconter, tellement de photos à partager et tellement de souvenirs gravés dans ma tête à tout jamais.


Personnellement, j'ai aussi l'impression d'avoir grandi, d'avoir appris, de cette expérience. J'ai réussi et l'accomplissement en dit long sur ce que je peux réussir à faire quand j'ai la volonté.


Je ne sais pas si tu as remarqué, mais tout au long de l'article je parle au SI nous arrivons à rejoindre le camp de base, le sommet, ou la destination. Parce que dans un trek comme celui-ci il n'y a rien de déterminé à l'avance. L'altitude, les douleurs musculaires, le mental. L'aventure peut basculer à tout moment.


La randonnée de Lukla au camp de base de l’Everest avec un détour au lac de Gokyo par Cho la pass n’est pas facile. Près de 1000 mètres de montée, 1000 mètres de descente, plus de 130 kilomètres de marche. Un challenge physiquement et mentalement demandant.


C'est avec beaucoup de fierté que j'ai réussi, et tu le peux aussi.