top of page

VOYAGER DANS LES DOLOMITES HORS SAISON | ITINÉRAIRE ET CONSEILS


//



Les chaînes de montagnes aux sommets pointus et multiples, les lacs d'eaux claires et turquoise, les églises colorées perdues dans les vastes vallées, soyez honnête, c'est aussi l'image que vous avez des Dolomites. Par ces photos à faire rêver, le massif montagneux des Dolomites fait fureur sur Instagram depuis quelques années attirant les touristes de partout à travers le monde. Alors que certains viennent pour ces endroits emblématiques et que d'autres viennent pour les nombreuses activités sportives qu'offre la région, c'est un mélange des deux que nous souhaitions découvrir lors de ce premier séjour dans les Dolomites.


C'est au début novembre 2021, au cours de mon roadtrip de trois mois en Europe, que j'ai eu la chance de découvrir cette région du Tyrol du sud. Le dernier pays de notre longue balade en Europe, celui que nous visions depuis le début. Quelques kilomètres après avoir quitté Kanal en Slovénie, nous passions la frontière italienne et nous voilà si facilement dans un nouveau pays. Nous traversions déjà de beaux villages perchés entre les vignobles, puis sentions la dolce vita et l’excitation monter en nous.


Visiter les Dolomites en hiver demande de la préparation, un élément que nous avions négligé dans notre vie de vanlifer. Dans cet article, je vous raconte mon séjour de 5 journées passées à travers ce terrain montagneux ainsi que les surprises rencontrées dues à la visite en saison morte; au mois de novembre. Pour mieux organiser votre périple que moi, trouvez ci-dessous toutes les informations nécessaires pour voyager dans les Dolomites en saison froide.


Bonne visite!





L'ARTICLE EN BREF





//



PRÉPARER SON VOYAGE DANS LES DOLOMITES EN NOVEMBRE



QUAND EST LA HORS SAISON DANS LES DOLOMITES?


Entre les nombreuses activités estivales des mois de mai à septembre et les sports hivernaux des mois de décembre à mars, il ne reste pas grand temps pour la hors saison dans cette région regorgeante de choses à faire. Pourtant, le mois de novembre est bien positionné entre ces deux. Juste après le pic touristique du mois d'octobre et des couleurs automnales, le mois de novembre tombe (presque) dans l'oubli avant le hit de la saison hivernale. Le moment parfait pour visiter les Dolomites sans avoir à croiser les foules!


AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

STATIONNEMENTS GRATUITS (+) | Durant l'arrière-saison, plusieurs des stationnements normalement payants sont gratuits. Peut-être parce qu'il n'y a pas assez de passage pour y garder un employé ou pour entretenir le terrain, mais dans tous les cas, ça me plaît! Les cabines automatiques de péages sont recouvertes de plastique et il n'y a donc aucun moyen de payer.


PAS DE TOURISTE (+) | Les Dolomites sont habituellement encombrées de visiteurs, mais en cette saison, même les lieux mystiques sont déserts ou presque. C'est une nature pure et libre que nous avons la chance de découvrir sans avoir le vacarme des touristes.

LA NEIGE (+) | Découvrir les paysages sublimes des Dolomites sous les premières neiges fraîches est un sentiment exceptionnel. Non seulement les panoramas sont féériques et recouverts de leurs draps blancs, mais l'excitation, tel un enfant qui s'y amuse, nous fait encore plus apprécier le froid et les balades hivernales.

LACS GELÉS (-) | En cette température froide, presque tous les lacs sont gelés et donc recouverts de glace ou de neige qui empêchent de voir les eaux bleues et translucides.


ENDROITS NON ACCESSIBLES (-) | Par prudence ou par souci des coûts, certaines activités et certains restaurants sont fermés pour la période creuse. Par exemple, des montées de téléphériques rompues, des restaurants fermés ou des randonnées trop risquées barricadées.


ROUTES FERMÉES (-) | Comme l'entretien des routes hivernales demande beaucoup d'attention, certaines ne sont pas déneigées et donc fermées empêchant le trajet jusqu'à certaines destinations. De plus, certaines sont autorisées juste si la voiture est équipée de chaînes.



MÉTÉO


La région des Dolomites possède un climat continental. Il fait donc chaud en été et froid en hiver. En plein jour du mois de novembre, la température moyenne est de 5 degrés alors qu'elle passe à -3 le soir. Selon les prédictions, 7 jours sont pluvieux, 11 nuageux et 12 ensoleillés. Un climat qui peut changer à tout moment en montagne! Il faut aussi savoir qu'en novembre, que 6 ou 7 heures sont ensoleillées dans la journée, raccourcissant certainement la durée de visite des visiteurs. Lors de mon séjour, j'ai eu un avant-midi de temps couverts et le reste du temps un beau ciel bleu et dégagé.

À APPORTER


Neige et température froide, le climat hivernal montagnard quoi! Pensez à prendre des sous-pulls et des collants de ski, de grosses vestes et mentaux, gants, foulards, bonnets et botte d'hiver. Il peut aussi être une bonne idée de posséder ces articles en double, pour éviter à avoir à les remettre le lendemain s'ils ont été mouillés par la neige. Avec les sols glacés et recouverts de neige, les crampons et les bâtons de randonnée peuvent être une bonne idée pour faciliter les montées et descentes et les balades autour des lacs, puis les raquettes pour les balades en forêt.



CONDUIRE SOUS LA NEIGE


Les routes principales qui traversent le territoire d'un bout à l'autre sont entretenues et déneigées en tout temps, alors que les plus petits chemins moins fréquentés sont un peu délaissés et donc plus dangereux. Comme dit plus haut, certains passages sont autorisés juste si la voiture est équipée de pneus d'hiver ou de chaînes. D'autant plus qu'il vous sera plus rassurant d'être équipée lorsque vous verrez les chemins glacés se dressant devant vous lors des montées ou descentes des cols.



QUELQUES CONSEILS POUR FACILITER VOTRE SÉJOUR


ARGENT COMPTANT | Posséder toujours de l'argent comptant en votre possession. Certains stationnement ou entrée de visite ne prennent pas la carte, rendant la chose un peu compliquée lorsqu'on n'y avait pas pensé.


PRÉVOYEZ VOTRE ITINÉRAIRE | Avec les petites routes magnifiques, mais sinueuses, il peut prendre beaucoup de temps pour traverser quelques kilomètres. Prévoyez votre itinéraire en fonction et créez un trajet qui vous évitera de faire des allers-retours inutiles.


REGARDER VOTRE CHEMIN À L'AVANCE | Entourés de ces hauts sommets, il m'est arrivé à plusieurs reprises de ne plus capter d'ondes sur notre téléphone portable, et donc, de ne pas pouvoir utiliser notre GPS. Prévoyez le cas en prenant connaissance d'avance du chemin qu'il faut emprunter pour votre destination afin d'éviter le pire.


FAITES LE PLEIN DE GAZ AVANT | Tout d’abord, le gaz est très dispendieux dans cette région montagneuse. S'il est possible pour vous, pensez à faire le plein avant de vous rendre dans les Dolomites. De plus, les stations-service ne se trouvent pas partout. Je conseille de faire le plein de gaz avant d'avoir dépassé la moitié du bidon pour éviter les catastrophes sur les routes.


EMPRUNTER LA SS12 | Pour économiser un peu, emprunter la route SS12 au lieu de la A22. Ce sont deux routes rapides principales, mais l'autoroute est payante alors que la SS12 est plus courbée et qu'à peine plus longue.




//



ITINÉRAIRE DE 5 JOURS DANS LES DOLOMITES




JOUR 1 | ARRIVÉE DANS LES DOLOMITES ET DÉCOUVERTE DES PREMIERS LACS


Nous suivions sur notre GPS la direction Dolomites sans avoir aucune idée ou nous allions précisément dans ce vaste territoire. Arrivés en début d'après-midi, nous savions que le soleil ne tarderait pas à se cacher derrière les plus hauts sommets et nous dirigeons vers un premier lac que nous repérons pas trop loin sur la carte.


CORTINA


Pour nous rendre, nous empruntons la route principale qui passe par Cortina, un village de 6000 habitants qui est perché au milieu des sommets spectaculaires. Situé dans la vallée d'Ampezzo, Cortina était une des premières destinations alpines du 19e siècle. C'est aujourd'hui une ville touristique avec des hôtels de luxe, des restaurants, des boutiques et bien évidemment beaucoup d'activités extérieures à faire aux alentours.

Cortina est un bon pied à terre pour visiter les célèbres sites qui l’entourent comme les Tre Cime et de multiples lacs d'altitudes.


LAGO DI LANDRO


À moins de 20 kilomètres de ce village montagneux se trouve le lac de Landro situé dans la municipalité de Dobbiaco. Comme il est situé à 1400 mètres d'altitude, plus nous suivons le chemin qui y mène, plus nous commençons à apercevoir de la neige sur les deux côtés de la route. Un élément auquel nous n'avions pas pensé en nous rendant dans les Dolomites à cette période, mais nous en sommes enchantés.


Arrivés au lac, surprise, il est gelé. C'était drôle. J'ai trouvé ça drôle.


On n'y voit pas ces eaux claires, mais le décor montagneux enneigé n'en n'est pas moins sublime. Le soleil illuminait qu'une seule petite partie de celui-ci et donnait des couleurs sublimes aux sommets en arrière-plan telle la fin heureuse d'un conte de fée.

Le lac est situé au bord de la route SS51, directement au bord d'un parking gratuit. Aucune facilité n'est disponible sur place, mais un restaurant se trouve juste en face, de l'autre côté de la route.




TRE CIME VIEW POINT


En nous rendant vers le prochain lac que nous souhaitions voir, nous avons remarqué une grosse structure en béton qui nous signalait que nous nous trouvions devant les vedettes des Dolomites; les Tre Cime. Intrigués, on sort de la voiture et droit devant nous en levant les yeux, ces trois énormes roches aux formes farfelues se dressent dans le ciel.


Nous avons randonné quelques minutes au bas de ces montagnes sur les chemins enneigés avant de reprendre la route. Face à ces murs de roches, avec que le bruit des cloches de vache en son et les craquements de la neige sous nos pas, nous apprécions déjà les Dolomites.

​Le point de vue se trouve au bas des montagnes au bord de la route SS51. Un stationnement payant en argent comptant se trouve juste è côté de la structure en béton et des toilettes publiques sont à dispositions.




LAGO DI DOBBIACO


Né suite à un glissement de terrain, ce lac de Dobbiaco est notre deuxième et dernier de la journée. Avec notre arrivée tardive, il est déjà sous l'ombre, mais lui est non glacé ni enneigé. Non pouvons percevoir ces touches de verts et turquoises dans l'eau claire et sombre. Le décor montagneux qui l’entoure est surréel et reflète à la perfection dans ces eaux comme un miroir.


La tranquillité du lieu est étonnante en ce mois de novembre. Lors de notre balade autour du lac, nous croisons que deux autres couples.

Un grand stationnement payant en argent comptant longe le lac. De l'autre côté se trouvent restaurant, camping et locations de barques, mais tout est fermé en cette saison. La randonnée autour du lac est sur 2,9 kilomètres et prend environ 1 heure, sans les arrêts photos.






Avec la noirceur qui tombait vite, le froid n'y manquait pas non plus. Plus le froid traversait mes os et plus je me disais qu'il serait impossible de dormir dans la van. Dans notre petite van non isolée et sans chauffage, tout est gelé à l’intérieur. Notre huile d'olive ne coule plus du pot de verre et notre cuisinière à gaz ne s'allume plus. Comme il annonce -10 dans la nuit, je trouve ça risqué et décide de réserver 4 nuits à l'hôtel pour toute la durée de notre séjour dans les Dolomites.


Trouver un hôtel au dernier moment n'a pas été facile. En ce mois de novembre, beaucoup d'hébergements sont fermés ou n’accueillent pas les touristes. À Cortina, tous les établissements ouverts qui nous trouvions étaient hors de prix. C'est un peu plus loin, dans la commune de San Vito di Cadore que nous avons finalement trouvé une chambre pour deux nuits dans un établissement à 85 euros la nuit (aouch).



JOUR 2 | LAGO DI BRAIES ET RANDO TRE CIME



LAGO DI BRAIES


Sortis de notre grand lit douillet, nous enfilons des vêtements chauds et rejoignons notre van, qui a passé la nuit seule dans le stationnement de l'hôtel. Nous prenons la direction du lago di Braie qui se trouve à 60 kilomètres de San Vito di Cadore et donc une petite heure de route. Une heure qui passe rapidement entre ces beaux chemins sinueux que nous empruntons avec le ciel qui commence tranquillement à s'éclaircir.


Arrivés au lac vers 7h00, nous ne sommes à présent pas très nombreux. Une dizaine de voitures sont là aussi, tous prêts à regarder le soleil monter dans le ciel. Le lac est très calme et différent des photos que j'ai vues auparavant. L'eau du lac est sombre, étouffée et remuée par les fortes neiges des derniers jours et les barques de bois entrelacées si Instagramées n'y sont pas, sûrement mises à l'abri pour l'hiver. Je ne suis pas déçu, l'endroit est à son état naturel tout simplement prêt à combattre les dures conditions météorologiques de l'hiver.


J'ai fait le tour du lac à pied pendant que Romain arpentait les cols à vélo. Avec la neige qu'il y ait tombé dans les derniers jours, il m'a fallu un bon 1h30 pour faire le tour. J'ai pris beaucoup de temps, évidement pour les arrêts photos, mais aussi parce qu'à certains endroits, la neige sous mes pieds était extrêmement gelée. Heureusement qu'il y avait la rampe pour que j'y enlace mes deux bras pour les pentes descendantes, mais malgré cette aide je me suis retrouvée trois fois sur les fesses.


Une fois retrouvés, Romain complètement congelé, nous avons profité d'un petit feu sur place pour nous réchauffer les mains avant de reprendre la route.

Pour garer la voiture face à l'hôtel directement au lac (P1-P2-P3), il faut payer 6 euros pour 3 heures avec un maximum de 12 heures par jour. Un stationnement 24 heures est autorisé sur place, il est donc possible d'y passer la nuit pour 20 euros. L'avantage de la basse saison, c'est qu'il est possible d'arriver en voiture à n'importe quelle heure au stationnement, contradictoirement aux mois de juillet à septembre ou il faut y être avant 9h30 et que la route ferme.








RANDONNÉE DES TRE CIME


Nous reprenons le chemin en direction de notre hôtel, mais nous nous arrêtons sur le chemin pour faire une randonnée. La randonnée, je crois bien, la plus connue des Dolomites.


Comme j'avais lu dans plusieurs guides, le plan était de se rendre au refuge Auronzo en voiture, d'y payer les douloureux 30 euros de parking et de partir en montagne pour environ 3 heures jusqu'au point de vue. Disons qu'en hiver la randonnée ne s'est pas passée ainsi. Laissez-moi vous raconter le déroulement de la randonnée...


En van, nous suivons la route qui mène jusqu'au refuge Auronzo, afin d'y garer la voiture, mais le chemin se termine devant nous. Rendus au stationnement Parcheggio Libero, la route est fermée et couverte de neige. Comme le stationnement qui s'y trouve est rempli, nous faisons demi-tour et redescendons plus bas, jusqu'à ce stationnement. C'est d'ici que nous débutons la marche, sans savoir se qui nous attend ni à quelle distance ce trouve le fameux refuge Auronzo et donc le départ de la randonnée.


Nous remontons alors le col que nous venons de descendre en voiture, repassons devant le stationnement rempli et rencontrons le beau lac d'Antorno sur notre droite. C'est quelques mètres après ce lac que nous accédons à la barrière de sécurité ou les 30 euros d'accès doivent normalement être payés. Ok, nous y sommes?


La route de goudron qui se trouve devant nous est complètement enneigée et qu'un petit chemin tracé par les pas nous précédant indique le chemin. Plus nous montons, parce que oui la balade est en constant dénivelé positif, plus cet étroit chemin profond créer deux hauts murets de neige de chaque côté de nos pieds rendant la marche encore plus compliquée.


C'est en sueur que 2 heures plus tard nous atteignons finalement le refuge Auronzo. Lors de notre montée, nous avions bien compris que nous n'étions toujours pas arrivés à la randonnée officielle, mais que le refuge se trouvait tout en haut de cette route.


Le refuge, il est fermé. Bon, sans surprise à y voir la difficulté de la chose que nous venons d'effectué pour y accéder, mais nous apprécions tout de même longuement la vue qui se dévoile une fois ici. La chaîne de montagnes aux sommets multiples et pointus se dresse à la perfection sous le soleil. À ce moment, nous étions entièrement comblés. Ce paysage enneigé que nous observions pendant la collation est l'un des plus impressionnants que j'ai vu, le genre de panorama qui te fait sentir tout petit face à la nature.






Plusieurs randonneurs se sont aussi rendus jusqu'à ce point de vue et ont fait demi-tour vers la descente. Rendus ici, la question était de continuer la randonnée pour commencer ces vrais 3 heures de randonnée officielle ou de retourner aussi sur nos pas pour plus de prudence avant la noirceur. Ayant commencé notre montée à midi, se retrouvant au sommet à 14 heures et sachant que le soleil se couche à 16 heures, le temps tardait si nous ne voulions pas revenir dans le noir.


Nous avons décidé de continuer le chemin jusqu'au refuge Lavadero. Avec le soleil qui commençait à descendre et la neige qui s’instillait tout autour de nous, la nature qui s'offrait en spectacle nous était surréelle et entièrement privée. Les montagnes ont par ici des formes si particulières, et ce, tout autour de nous. Nous avons fait demi-tour, un peu déçus de ne pas aller jusqu'au bout de la randonnée, mais un bon voyageur reste un voyageur prudent.


Lors de notre retour, le soleil descendait de plus en plus illuminant jusqu'au dernier moment les sommets les plus hauts. Nous sommes revenus à la van à 17h30, au moment ou le noir de la nuit commençait à être foncé, nous rendant complètement aveugles. Juste attend, disions-nous, nous qui sommes partis pour une randonnée de 3 heures et revenons avec 6h de marche dans le corps.

​Comme décrit, en hiver, la randonnée est beaucoup plus longue qu'en saison estivale. 13 km A/R s'ajoutent à la randonnée de 8 kilomètres A/R au départ du refuge de l'Auronzo. pour un total de 21 km A/R. La randonnée en vaut totalement le coup, soyez juste avertis qu'il faudra minimum 7 heures pour faire l'aller-retour et que vous ne pourrez rien acheter au long de la balade. Préparez le nécessaire et partez tôt.









JOUR 3 | PASSAGE DE COLS ET ÉGLISES EMBLÉMATIQUES


Aujourd’hui nous avons comme destination finale Bolzano, où nous avons encore réservé une chambre d'hôtel pour 2 nuits. Je nous ai donc planifié un parcours intéressant avec des vues qui me semble géniales tout au long de la route jusqu'à cette dernière destination.


Nous traînons un peu dans la chambre ce matin avant de prendre la route vers notre premier col. Il fait beau, tout comme hier, le ciel est entièrement dégagé nous permettant de bien voir chaque sommet imposant que nous rencontrons.



PASSO FALZAREGO


Le premier col que nous commençons à monter à bord de notre van est le Passo Falzarego. Situé à 2105 mètres d'altitude, nous traversons de nombreuses routes en lacet qui offre des vues imprenables sur Cortina et la région d'Ampezzo. Plus nous roulons vers le sommet, plus la neige s'empile sur le bord de route et plus les sapins sont recouverts de draps blancs. Nous nous croyons dans le monde du père Noël.


Arrivés au sommet, nous sommes sans mots, ou j'ai trop de mots, je ne sais plus. Je me lamente de omg, j'en reviens pas, c'est fou, ben voyons donc! Mes classiques lorsque je me retrouve face à un paysage si époustouflant. Au sommet, tout, mais vraiment tout est enneigé. On y voit même notre première piste de ski bondé en cette journée ensoleillée. La vallée est magnifique et les vues sont saisissables.


La descente s'est bien passée, nous avions une petite crainte, n'ayant pas de pneu d'hiver ni de chaîne, mais en prenant son temps il n'y avait pas de danger. Les endroits les plus dangereux sont sans aucuns doute dans les virages à l'ombre, là où la petite glace noire n'a pas pu se réchauffer avec le soleil.

Le col de Falzarefo est d'une longueur de 15,9 km avec une pente moyenne de 5,8%. Il est situé dans la province de Belluno et relie Livinallongo del Col di Lan à Cortina d'Ampezzo en empruntant la route 48.




Le village de San Ciascian rencontré lors

du passage entre les deux cols.


PASSO DELLE ERBE


Nous ne restons pas en bas très longtemps puisque nous empruntons déjà le prochain col Passo delle Erbe qui se situe à 2006 mètres d'altitude. Tout comme le précédent, nous avons des vues à couper le souffle rendus au sommet, dans ce monde de montagnes hivernales, mais aussi tout au long de la montée et de la descente.


Avant de reprendre la route, nous avons profité de cette belle vue pour se faire chauffer une bonne soupe consistante qui nous ressaisira pour le reste de la balade.

​Le col de delle Erbe est d'une longueur de 6,5 kilomètres avec une pente moyenne de 9,2%. Il est situé dans la province de Bolzano et relie les villes de Bressanone et San Martino in Badia en empruntant la route SP29.








Vers le bas de cette montagne, en chemin pour notre prochaine destination, nous la repérons de loin. Seule, perdue dans la vallée, rose, entouré de montagne; l'église San Giovanni.



ÉGLISE SAN GIOVANNI


Construite en 1744 alors que la région était Autrichienne et non pas Italienne, cette petite église de style baroque est une des stars des Dolomites. Situé dans le Val di Funes, aux pieds du massif Odle, le décor pittoresque qui se tient en toile de fond rend la scène davantage unique mais vous devinez, est victime de son succès. Heureusement pour nous, en ce mois de novembre, nous partageons ce lieu grandiose avec deux autres personnes seulement.

L'église est située sur le domaine privé de du lodge Ranui Hof. Il faut donc payer 4 euros dans un distributeur automatique, pour avoir accès à l'église. Argent comptant!!!! Le hic qui à failli nous coûter la visite n'ayant absolument rien en notre possession. 3 stationnements payants s'enfilent avant d'accéder à la petite route (sans stationnement) qui y mène. 4 euros le parking. Un spot photo a été aménagé au bord de la route pour pouvoir apercevoir l'église sans n'avoir à accéder au site.



ÉGLISE SANTA MADDALENA


Pas très loin de ce panorama épatant se trouve le petit bourg de 370 habitants de Santa Maddalena et son église qui fait tout aussi fureur. Au sommet d'une petite montagne se trouve l'église, beaucoup plus austère que la précédente, mais avec un intérieur coloré et richement décoré. La beauté de l'endroit doit sont charme aux chaînes de montagnes et aux les plaines vertes qui entourent l'église. Tournant vers l'orangé au moment ou nous y étions, c'était les; omg, j'en reviens pas, c'est fou, ben voyons donc, qui revenaient.


C'est sous le soleil couchant que nous finissons la route d'aujourd'hui vers Balzano.

Pour accéder à l'église Santa Maddalena, il faut stationner sa voiture dans le village, au bas de la route qui y mène, étant celle-ci réservée aux locaux. Il faut s'y rendre à la marche pour environ 15 minutes de dénivelé positif, mais tout de même facile. En suivant la route goudronnée, les panoramas qui s'y voient vous feront oublier le trajet.








JOUR 4 | LAGO DI CAREZZA, DÉCOUVERTE DES VIGNES ET PYRAMIDES DE RENON


Première destination de la journée est le lac de Carezza, qui est lui aussi très connu des Dolomites pour ces eaux turquoises et ces montagnes affinées en toile de fond. Pour s'y rendre depuis Bolzano, il nous faut une bonne heure de route. Nous ne traversons pas de col incroyable comme vu précédemment, mais tout de même nous montons vers le blanc des montagnes jusqu'à ce que la neige se soit accumulée des deux côtés de la rue serpentée.



LAGO DI CAREZZA


Le lac de Carezza est ce matin complètement gelé et recouvert d'une petite couche de neige fraîche. Situé à 1534 mètres d'altitude, en ce 8 novembre, le fait n'est pas étonnant, mais j'y avais vu tellement de photos auparavant que je suis quand même étonnée. Les eaux claires aux multiples couleurs ne seront pas pour cette fois-ci, mais le décor qui s'offre devant nous n'en reste pas moins sublime; le ciel gris et opaque menace la chaîne de montagnes du Latemar qui est pourtant bien dégagée, les sapins aux pelages foncés sont recouverts de neige fraîche et le lac, étonnement petit, se distingue malgré tout.


J'ai fait le tour du lac, deux fois même, pour laisser la chance à Romain de se reposer dans la van (nuit de merde à l’hôtel). En 20 minutes le tour est fait, même avec des arrêts photos et observation de la nature. C'est une balade agréable que j'ai eu la chance d'apprécier sans la présence de personne.

​Il faut stationner la voiture dans le parking, gratuit en cette période, qui se trouve en haut du lac. L'accès au lac se fait par des marches descendantes recouvertes de neiges glacées et heureusement, les rampes sont là pour nous aider à nous rendre. En ce mois de novembre, tous les commerces (restaurants et boutiques) qui se trouvent sur place sont fermés.





VIA SANTA GIUSTINA


Cette après-midi nous sommes partis en exploration dans les hauteurs de Bolzano sans n'avoir aucune idée de ce que nous allions découvrir. Petit à petit, les nuages se dégageaient pour laisser place à un beau ciel bleu et un soleil brillant.


À bord de notre van, nous suivons la Via Santa Giustina vers ces hauteurs. Le col est sans surprise aussi magnifique, mais bien différent des autres que nous avons parcourus.


C'est à travers les vignes que la petite route circule nous offrant des vues magnifiques sur celles-ci, et selon la direction de la route tournante, en toile de fond la ville de Bolzano et de l'autre côté la vallée montagneuse. Plus nous approchons du sommet, plus les nuages disparaissent laissant place aux pics rocheux de formes abstraites. La route a été encore plus agréable lors de la descente, quelques heures plus tard, avec le bas soleil qui illuminait le tout, c'était magnifique.


Toujours sans savoir où nous allions, nous suivons la trajectoire du téléphérique de Renon, mais ne nous arrêtons pas à celui-ci. Nous rencontrons des villages perchés en montagne trop mignons et des coins fermiers complètement perdus, mais des plus charmants.


PYRAMIDES DE TERRE DE RENON


C'est alors par hasard que nous avons trouvé ce petit coin de paradis, situé à Renon, les pyramides de terre. Ces pyramides doivent leurs créations uniques dues à l'érosion et aux glissements de terrain. Des débris de roches et de graviers provenant des glaciers s'élèvent sous forme de tour et restent en équilibre grâce à l'argile qui agit comme une colle naturelle. C'est un site géologique incroyable qui me rappellent grandement les Orgues d'Ille-sur-Têt, en France ou les cheminées de Fées en Turquie.


Pour avoir accès à la vue sur ce site impressionnant, il faut suivre un petit chantier de randonnée aménagé qui promet des vues folles sur ces œuvres d'art naturelles. De la petite plate-forme de bois que nous rencontrons lors du chemin, nous avons les meilleures vues sur les cheminées et sur son décor incroyable qui l'entoure.


Tranquillement, elles prenaient l'ombre de la montagne sur laquelle nous nous trouvions, tandis que le très petit village de Longomoso et son église centrale étaient, eux, était illuminée par le soleil de fin de journée. Je vous jure qu'ici, à ce moment précis, j'étais estomaqué par l'endroit en lui-même et par les vues qui se présentaient devant nous.

Près de Bolzano, on peut observer ce phénomène naturel à trois endroits, mais celui-ci, au-dessus de Longomoso, est le plus praticable. Un petit stationnement se trouve à 10 minutes de marche et vous indique la direction à prendre.









JOUR 5 | VISITE DE BOLZANO


Avant de prendre la route vers notre prochaine destination en Italie, la ville de Bologne, nous passons l'avant-midi à découvrir la capitale du Tyrol du Sud, dans laquelle nous avons logé. Avec ces 500 000 habitants, Bolzano est un haut lieu culturel et artistique qui est un excellent pied à terre pour les activités sportives et extérieures qui l’entourent.



//



Les Dolomites sont devenues une destination prisée et photographiée des touristes de partout à travers le monde. Ces clichés parfaits que l'on voit passer sur les réseaux sociaux m'ont aussi attiré jusqu'ici aussi, mais au moment où j'y étais, je n'ai pas perçu ces même décores tant vus précédemment. Oui, ils y étaient, mais possédant des atouts différents. J'ai adoré mes balades autours des lacs connus et les points de vue des églises de Val Di Funes, mais mes plus belles surprises, mes plus beaux wow, sont là où je ne m'y attendais le moins; au sommet des cols dans un total winter wonderland ou devant ce minuscule village aux côtés d'une merveille naturelle.


Mon conseil pour visiter les Dolomites, en période hivernale ou pas, serait de vous laisser du temps libre pour partir à la découverte des lieux inconnus qui attireront votre attention sur la route. Oui, ne manquez pas les incontournables lors d'une première visite, mais ne soyez pas trop chargé pour éviter de passer à côté du petit trésor que vous pourriez dénicher vous-même.


Gardons en tête qu'Instagram est une plate-forme qui vend du rêve, mais que la beauté des lieux est à son meilleur lorsque nous sommes petits, face à elle.


Pour moi les Dolomites se n'est qu'un alla prossima (à la prochaine).





 


Vous avez aimé mon article?

N'hésitez pas à commenter et à partager pour encourager mon travail. :)






1 komentář

Hodnoceno 0 z 5 hvězdiček.
Zatím žádné hodnocení

Přidejte hodnocení
Host
20. 10. 2023
Hodnoceno 5 z 5 hvězdiček.

Merci Marie-Ève pour ce super récit et les photos. Nous partons dans les Dolomites fin du mois, et j'ai hâte de découvrir le coin à l'automne. Je suis juste si surprise de voir déjà autant de neige ! A quelle date es-tu partie (tout début novembre ou un brin plus tard ?). Sais-tu si c'est bien l'enneigement auquel il faut s'attendre, ou c'était exceptionnel ? Merci

To se mi líbí
bottom of page